Baptiste a fondé la Cabane à copeaux en 2018, après avoir passé dix ans à se perfectionner sur le tournage sur bois dans un cabanon de chantier, d'où le nom de son entreprise.

Il mise sur les essences locales, « quelques secrets de grands-mères » et les cires naturelles pour fabriquer ses saladiers, théières, lampes et objets « à la matière vivante ». Avec ce savoir-faire artisanal et ses valeurs écologiques, Il s’oppose à « cette tendance de l’objet toujours lisse et aseptisé ». Il a d'ailleurs fait le choix de ne pas travailler de bois exotiques, qu’il juge « trop agressifs ». « Ils sont chargés en toxine à cause des traitements insecticides. » Il travaille donc uniquement les bois de la région, qui offrent un large panel de couleur, « du marron foncé au très clair en passant par des teintes saumonées avec certains résineux. » 

Avec ces pièces uniques, issues de bois de récupération, Baptiste sort des sentiers battus et aime jouer avec les parasites, les couleurs et les veinages du bois.